Communiqué de presse

18 janvier 2017

Contact: Sevag Belian (613) 235-2622

 

Ottawa – Le 19 janvier 2017 marquera le 10e anniversaire de l’assassinat de Hrant Dink, journaliste et rédacteur en chef du journal bilingue turco-arménien Agos.

Dink a été assassiné le 19 janvier 2007 devant les bureaux du journal à Istanbul, soulevant une vague d’indignation contre l’attentat à l’intérieur du pays, ainsi qu’à l’étranger. Cet attentat a provoqué aussi une intensification du mouvement de protestation et de l’activisme pro-démocratique qui s’est traduite par la participation de plus de cent milles personnes aux funérailles de M.Dink. L’assassinat de Hrant Dink est maintenant commémoré au Musée canadien pour les droits de la personne à Winnipeg.

Dans les années précédant l’attentat, en 2005, après l’introduction de l’article 301 du Code pénal par le gouvernement turc, M. Dink avait été condamné pour avoir dénigré l’identité turque et avait reçu de nombreuses menaces de mort, ce qui a ultimement mené à son assassinat qui demeure à ce jour en grande partie impuni.

Tout au long de sa vie d’activisme en tant que journaliste de carrière et de véhément militant pour les droits de la personne, M. Dink a écrit et parlé vigoureusement du déni de la Turquie du génocide arménien et de l’injustice sociopolitique envers des groupes minoritaires en Turquie. Il était particulièrement reconnu pour ses efforts infatigables pour établir un dialogue entre les Turcs et les Arméniens afin d’ouvrir la voie à une juste et véritable réconciliation.

Après l’assassinat de M. Dink,  et malgré l’émergence d’un mouvement de solidarité fervent pour la démocratisation de la Turquie, la discrimination ciblée et les politiques ouvertes de répression des droits fondamentaux des citoyens en Turquie restent très préoccupantes. L’exemple le plus récent et inquiétant d’une telle politique parrainée par l’État est a été la suspension en date de 13 janvier, 2017 du parlementaire Garo Paylan, (arménien turc représentant le Parti démocratique des peuples HDP), des trois prochaines sessions de la Grande Assemblée nationale de Turquie. Paylan a été suspendu pour avoir prononcé le mot génocide durant une session parlementaire, ce que Hrant Dink avait osé faire publiquement avant lui, sacrifiant sa vie à la proclamation de la vérité.

Aujourd’hui, M. Dink est devenu un symbole de liberté et d’activisme des droits de la personne en Turquie et dans l’ensemble de l’Europe. Alors que la Turquie continue d’emprisonner sans répit les journalistes et de contrôler les libertés fondamentales d’expression, d’association et de mobilité, la mémoire de M. Dink sert à rappeler aux intellectuels, aux activistes et au grand public l’importance de combattre les préjugés et le racisme.

Au cours des prochaines semaines, des événements commémoratifs auront lieu à Toronto et à Montréal pour rendre hommage à l’héritage de M. Dink. Tous ces événements auront pour principal conférencier M. Cem Özdemir. M. Özdemir, d’origine turque, est député au Bundestag et il est actuellement coprésident du parti de l’Alliance des Verts en Allemagne. Tout au long de sa carrière politique, M. Özdemir a été un grand défenseur européen de la vérité et de la justice et s’est vivement opposé aux intolérances et aux préjugés. En 2016, M. Özdemir a également joué un rôle primordial dans l’adoption par le Bundestag de la résolution reconnaissant officiellement le Génocide Arménien de 1915-1923.

 

-30-

******

Le CNAC est l’organisation politique canadienne-arménienne la plus large et influente au Canada. Le CNAC s’occupe activement de représenter le point de vue collectif arméno-canadien sur les questions d’intérêt public, et de soutenir et promouvoir les questions relatives aux droits de l’homme au Canada et à l’échelle internationale. Le CNAC travaille en étroite collaboration avec ses bureaux régionaux et des associations affiliées à travers le Canada, ainsi qu’avec d’autres organisations arméniennes poursuivant des objectifs similaires à travers le monde.